Conferences

York Graduate Film Student Association, FSAC, CSGSU

La version française suit ci-dessous la version anglaise

The following is a Call for Papers for the 24th Annual Film Studies Association of Canada Graduate Colloquium, co-hosted by the University of Toronto and York University, to take place online on 18/19 February 2022. Submission guidelines are outlined below.

CFP: Altered States

Nothing exists that doesn’t have this senseless sense – common to flames, dreams, uncontrollable laughter – in those moments when consumption accelerates, beyond the desire to endure. - Georges Bataille, The Impossible

But there is another way of going to the movies… by letting oneself be fascinated twice over, by the image and by its surroundings... ready to fetishize not the image but precisely what exceeds it: the texture of the sound, the hall, the darkness, the obscure mass of the other bodies, the rays of light, entering the theatre, leaving the hall; in short, in order to distance, in order to ‘take off,’ I complicate a ‘relation’ by a ‘situation.’ - Roland Barthes, “Leaving the Movie Theatre”

The experience of an altered state requires some sort of excess, where things become too much and the line between pleasure and pain is blurred. In political terms, to alter or revolt against the state implies an excess of action and affect, towards a possible change in the order of things. Faced with the disintegration of our institutions, ongoing environmental degradation, and endemic colonial and racial violence, we risk falling into cynicism and a fatalistic acceptance of dissolution and collapse. Meanwhile, a surreal feeling pervades as the pandemic confines us to our ‘private’ spaces amidst ongoing digitization that frustrates any sense of a public/private divide. When do film and media catalyze altered states, in their many iterations? How can media that resists conventional form destabilize our perception? What does it mean to be altered by another or by an experience?

While the theme of altered states immediately invites questions of interiority and subjectivity, we welcome submissions that work through a wide range of media and methodologies, including psychoanalytic and affect theories to new media analyses of state-generated impingements. How can we realize Barthes’ evocation of the potential for cinema and media to “fascinate us twice over, by the image and by its surroundings?” Vivian Sobchack famously asks us to consider the correspondence between cinematic representation and embodied perception, naming coenaesthesia “the potential and perception of one’s whole sensorial being.” Moving beyond representation, Scott Richmond takes up the possibility for fascination and dis/re-orientation and conceives of cinema as an aesthetic technology where the intentional object is the spectator’s body, making illusions and hallucinations central to cinema’s modulation of perception.

Scholars of gender and technology like Donna Haraway describe this increasing imbrication of subjective experience and technology under capitalism as “an imaginative resource” and a potential site for the transformative potential necessary to surmount our seeming impasse. When thinking through ways of “staying with the trouble,” Frank B. Wilderson III might suggest an improvisational imperative, so as “to stay in the hold of the ship, despite fantasies of flight.” Historically, moving image makers have navigated the use of technology for resistance and decolonization. Following Walter Benjamin, it is “only when in technology body and image so interpenetrate that all revolutionary tension becomes bodily collective innervation, and all the bodily innervations of the collective become revolutionary discharge.” Revolutionary Third Cinema manifesto authors Fernando Solanas and Octavio Getino place anti-imperialism at the “service of life itself, ahead of art; dissolve aesthetics in the life of society: only in this way, as [Frantz] Fanon said can decolonization become possible.” As Dziga Vertov urges, “WE believe that the time is at hand”!

While altered states of consciousness may initially evoke subjective experiences, these modes are deeply relational. We hope to draw upon recent approaches from Black and Indigenous studies, queer and trans studies, and other decolonial perspectives to address altered states through an intersectional lens. As such, we invite papers from film and media studies, visual studies, and other related fields. In addition to traditional conference presentations, we welcome video essays and other writerly and artistic explorations of our theme.

Keynote: Kemi Adeyemi (University of Washington)

Sample topics might include, but are not limited to:

  • Abstraction and experimentation
  • Abjection
  • Abeyance, liminality, thresholds
  • Blackness and ontology
  • Consciousness and simulation
  • Deleuzoguattarian becomings
  • Governmentality and surveillance
  • Gender and sexuality
  • (Im)possibility
  • Indigeneity and Indigenous futurisms
  • Mental health in moving images
  • Mysticism & the occult
  • Noise, (in)coherence, and sonic affect
  • Perception and hallucination
  • Relationality and entanglement
  • Revolutionary cinema
  • Substances, psychedelics, and repetitive impulses
  • Transgressing boundaries between inside and outside, self and other, subject and object

We welcome English and French submissions from independent scholars and graduate students worldwide. Interested parties must submit a brief abstract (300-500 words) and a bio of 50- 100 words to csgraduatestudentunion@gmail.com by 31 December 2021.

Submissions should provide the following information:

  • Name
  • Level of study and name of institution (if applicable)
  • Title
  • Abstract/Bio
  • 3-5 item bibliography

La présente est un appel à contribution pour la 24e conférence annuelle des cycles supérieurs de l'Association canadienne d'études cinématographiques, co-présenté par l'Université de Toronto et l'Université York, qui se tiendra virtuellement les 18 et 19 février 2022. Les conditions de soumissions sont décrites ci-dessous.

Appel à Candidatures: États Altérés

Rien n’existe qui n’ait ce sens insensé – commun aux flammes, aux rêves, aux fous-rires – en ces moments où la consumation se précipite, au-delà du désir de durer. - Georges Bataille, L’Impossible

Mais il est une autre manière d’aller au cinéma… en s’y laissant fasciner deux fois : par l’image et par ses entours… prêt à fétichiser, non l’image, mais précisément ce qui l’excède : le grain du son, la salle, le noir, la masse obscure des autres corps, les rais de la lumière, l’entrée, la sortie : bref, pour distancer, « décoller », je complique une relation par une « situation ». - Roland Barthes, « En sortant du cinéma »

L’expérience d’un “état altéré” requiert une sorte d’excès où les choses deviennent trop et où la ligne entre le plaisir et la douleur devient ténue. En termes politiques, se révolter contre l’état (ou tenter de l’« altérer ») implique un excès d’action et d’affect vers un changement possible dans l’ordre des choses. Devant la désintégration de nos institutions, la dégradation continue de l’environnement, et l’endémie d’une violence coloniale et raciale, nous risquons le cynisme et l’acceptation fatale de la dissolution et de l’effondrement. Pendant ce temps, un sentiment surréel s’installe alors que la pandémie nous confine à des espaces « privés », durant une période où le numérique empêche la distinction même du public et du privé. Quand est-ce que le cinéma et les autres médias catalysent les états altérés, dans leurs différentes déclinaisons? Comment est-ce que les différents textes, dans leur résistance aux formes conventionnelles, déstabilisent notre perception? Qu’est-ce que signifie une forme d’état altéré provoquée par autrui, ou par une expérience?

Bien que le thème d’un état altéré invite immédiatement des questionnements d’intériorité et de subjectivité, nous accueillons des soumissions qui engagent un vaste éventail de médias et de méthodologies, des théories psychanalytiques et affectives aux analyses des nouveaux médias face à l’ingérence de l’état. Comment pouvons-nous réaliser le potentiel du cinéma à nous fasciner « deux fois : par l’image et par ses entours », comme l’évoque Barthes? Vivian Sobchack nous demande notoirement de considérer la correspondance entre la représentation cinématographique et la perception incarnée, nommant la coenesthésie « le potentiel et la perception de notre propre être sensoriel ». Allant au-delà de la représentation, Scott Richmond engage la possibilité de la fascination et de la dés/réorientation et conçoit le cinéma en tant que technologie esthétique qui a pour objet intentionnel le corps même du spectateur, faisant de l’illusion et de l’hallucination une partie intégrante de la modulation perceptive engendrée par le cinéma.

La recherche à l’intersection du genre et de la technologie, comme les travaux de Donna Haraway, décrivent la croissante imbrication de la technologie et de l’expérience subjective sous le capitalisme en tant que « ressource imaginative », ainsi que comme un site de transformation potentiel nécessaire pour surmonter notre apparente impasse. En pensant à des façons de « vivre avec le trouble », Frank B. Wilderson III suggérerait sans doute une impérative d’improvisation, de façon à « rester dans la cale du navire, malgré les fantaisies de fuite ». Historiquement, les faiseurs d’images animés ont exploré l’utilisation de la technologie à des fins de résistance et de décolonisation. Selon Walter Benjamin, c’est seulement « lorsque le corps et l’espace d’images s’interpénétront en elle [la collectivité] si profondément que toute tension révolutionnaire se transformera en innervation du corps collectif, toute innervation corporelle de la collectivité en décharge révolutionnaire, alors seulement la réalité sera parvenue à cet autodépassement qu’appelle le Manifeste communiste ». Les auteurs du manifesto pour un cinéma de libération dans le Tiers Monde Fernando Solanas et Octavio Getino placent l’anti-impérialisme au service de la vie même, avant l’art; il s’agit de « dissoudre l’esthétique dans la vie sociale, telle sont… les sources à partir desquelles, comme aurait dit [Frantz] Fanon, la décolonisation sera possible. » Tel que Dziga Vertov l’exhorte : « NOUS croyons que le temps est proche »!

Bien que les états modifiés de conscience évoquent initialement des expériences subjectives, ces modes sont profondément relationnels. Nous espérons nous appuyer sur les approches récentes des études noires et autochtones, études queer et trans, et autres perspectives décoloniales, de manière à adresser les états altérés sous un angle intersectionnel. Ainsi, nous invitons des contributions des études cinématographiques et médiatiques, culture visuelle, et tout autre domaine qui adresse les états altérés. En plus des présentations traditionnelles, nous accueillons les essais vidéographiques et autres explorations écrites et artistiques de notre thème.

Conférencier d’honneur: Kemi Adeyemi (Université de Washington)

Les sujets peuvent inclures, mais ne sont pas limités à :

  • L’abstraction et l’expérimentation
  • L’abjection
  • La liminalité, les seuils
  • Les études noires et l’ontologie
  • Conscience et simulation
  • Les devenirs Deleuzoguattarien
  • La surveillance et la gouvernementalité
  • Genres et sexualités
  • (Im)possibilité.e.s
  • Autochtonie et futurismes autochtones
  • La santé mentale dans les images en mouvements
  • Le mysticisme et l’occulte
  • Le bruit, l’(in)cohérence et les affects soniques
  • Perception et hallucination
  • La relationalité et l’enchevêtrement
  • Le cinéma révolutionnaire
  • Substances, psychédéliques, et impulsions répétitives
  • La transgression des limites entre l’intérieur et l’extérieur, entre soi et autre, sujet et objet

Nous acceptions des soumissions francophones et anglophones de chercheurs indépendants et d’étudiants aux cycles supérieurs de partout dans le monde. Les parties intéressées doivent soumettre un bref résumé (de 300 à 500 mots), ainsi qu’une brève biographie de 50 à 100 mots à csgraduatestudentunion@gmail.com d’ici le 31 décembre 2021.

Les soumissions doivent inclure les informations suivantes :

  • Votre nom
  • Niveau de scolarité et nom de l’institution d’attache (si applicable)
  • Titre de la présentation
  • Résumé et biographie
  • Une courte bibliographie (3 à 5 titres)